Cinéma Les envies du Monde

Chaque mercredi dans « La Matinale », les critiques cinéma du « Monde » proposent leurs choix de films à découvrir en salle.

Article réservé aux abonnés

« Onoda », un film d’Arthur Harari, 2021. « Onoda », un film d’Arthur Harari, 2021.

LA LISTE DE LA MATINALE

Le cinéma, cette semaine, nous propose de belles et étonnantes rencontres. Rendez-vous en terres plus ou moins connues avec un soldat oublié sur une île du Pacifique, une famille en vacances sur un atoll paradisiaque, une mère courage dans les quartiers nord de Marseille, une doctoresse à Louxor.

A ne pas manquer

« Onoda » : à la recherche du soldat perdu

Peut-être n’y a-t-il pas d’histoires plus belles que celles qui se penchent sur ces grands égarés qui, comme Don Quichotte et Robinson Crusoé, décident de tourner le dos au monde et de lutter contre son cours implacable. C’est à une figure de cet ordre, à la fois superbe et pitoyable, que le cinéaste français Arthur Harari, déjà auteur d’un remarquable Diamant noir (2015), consacre un deuxième long-métrage magnifique et aventureux.

Délaissant avec un panache flibustier le pré carré de la fiction française, le film se penche sur la guerre du Pacifique et ses suites. Il s’intéresse au cas réel du dernier soldat démobilisé, le sous-lieutenant Hiroo Onoda, retrouvé en 1974 sur l’île de Lubang, aux Philippines, trente ans après la fin du conflit et la capitulation de son pays, le Japon. Cette expérience inouïe et vertigineuse est ici retracée comme une échappée hors de l’histoire. Et donc comme la tentative d’un vaincu pour faire perdurer sa propre réalité, dût-elle se retrancher au sein d’une île, territoire intérieur dont Thomas More fit jadis le siège de son Utopie. Mathieu Macheret

« Onoda », film français, japonais, allemand, belge, italien et cambodgien d’Arthur Harari. Avec Yuya Endo, Tsuda Kanji, Yuya Matsuura (2 h 45).

« Digger » : western grec à la fibre écologique

Tenue esthétique, inspiration, sensibilité à l’époque : que demander de plus, et qui pourtant est si rare, à un premier long-métrage ? On notera donc, pour mémoire, le nom du Grec Georgis Grigorakis, 38 ans, qui nous apporte sur un plateau ce beau film où s’harmonisent miraculeusement la tragédie, le western et la fibre écologique. En d’autres termes et dans la plupart des cas, de quoi se crasher cent fois.

Quelque part au nord de la Grèce, Nikitas, solitaire peu commode, carabine au côté, vivant dans une belle maison délabrée au fond des bois, se bat jour après jour contre la compagnie minière qui convoite son terrain et met en œuvre, par des manœuvres obscures et avec le concours de nervis à sa solde, une constante et insidieuse violence contre lui.

Aidé par une fragile poignée d’irréductibles qu’il retrouve au café du village, Nikitas doit également lutter sur un autre front. Johnny, son fils qu’il n’a pas revu depuis vingt ans, vient s’installer chez lui à la mort de sa mère pour exiger sa part de l’héritage. Continûment hostile à ce père qui fait la sourde oreille et dont il ne comprend pas le combat, le garçon est de surcroît recruté par la compagnie minière qui fait la pluie et le beau temps économique dans la région. Un conflit générationnel se dessine aussi bien au niveau du couple père-fils qu’à travers le clivage d’une population dont les jeunes sont les recrues privilégiées de l’entreprise. Jacques Mandelbaum

Il vous reste 74.2% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.