Spirale l'héritage de Saw : Un film d'horreur qui réinvente la saga malgré quelques maladresses, notre critique

Il y a 1 semaine 25

Après avoir dirigé le deuxième, le troisième et le quatrième le volet de la saga Saw, le réalisateur Darren Lynn Bousman est de retour derrière la caméra pour le neuvième chapitre de la franchise d'horreur. Attendu dès aujourd'hui dans les salles obscures françaises, ce nouvel opus offrira un second souffle à l'univers, en perte de vitesse depuis plusieurs années. Entre hommage et réinvention des codes, Spirale : L'Héritage de Saw mélange en effet ces deux éléments pour offrir un long-métrage prenant et intéressant. Toutefois, cette histoire que l'on doit notamment à son acteur principal, Chris Rock, comportera quelques maladresses tant au niveau de la mise en scène que vis-à-vis de ses personnages. On debrief tout ça.

LE SYNOPSIS DE SPIRALE : L'HERITAGE DE SAW

 L'Héritage de Saw. 
Spirale : L'Héritage de Saw.  — Crédit(s) : Metropolitan FilmExport

Le synopsis de Spirale : L'Héritage de Saw est le suivant : "Travaillant dans l'ombre de son père, une légende locale de la police, le lieutenant Ezekiel «Zeke» Banks et son nouveau partenaire enquêtent sur une série de meurtres macabres dont le mode opératoire rappelle étrangement celui d’un tueur en série qui sévissait jadis dans la ville. Pris au piège sans le savoir, Zeke se retrouve au centre d’un stratagème terrifiant dont le tueur tire les ficelles."

LE CASTING DE SPIRALE : L'HERITAGE DE SAW

 L'héritage de Saw. 
Spirale : L'héritage de Saw.  — Crédit(s) : Metropolitan FilmExport

Réalisé et scénarisé par Darren Lynn Bousman, Spirale : L'Héritage de Saw a également bénéficié de l'écriture de Pete Goldfinger, Josh Stolberg et Chris Rock. Ce dernier incarne d'ailleurs aussi le rôle principal du long-métrage, Zeke Banks. Concernant le reste de la distribution, l'acteur et humoriste américain partage l'affiche avec Samuel L. Jackson dans le rôle de son père tandis que Max Minghella et Marisol Nichols interprèteront respectivement son co-équipier, William Schenck et Angie Garza, la capitaine de police.

CE QUE L'ON A AIME DANS SPIRALE : L'HERITAGE DE SAW

 L'Héritage de Saw. 
Spirale : L'Héritage de Saw.  — Crédit(s) : Metropolitan FilmExport

Le point fort principal de Spirale : L'Héritage de Saw réside dans son ambiance à mi-chemin entre le film d'horreur gore et le thriller policier. Un choix intéressant qui rappellera l'atmosphère à la fois pesante et poisseuse développée dans Se7en. A ce propos, Darren Lynn Bousman n'a pas caché ses inspirations, le cinéaste ayant avoué s'être inspiré du film de David Fincher afin d'offrir une nouvelle patte à la saga. Cet élément est d'ailleurs très réussi dans le film, ceci lui donnant plus de matière. Le travail sur les décors tout comme les scènes de torture seront également les témoins d'une mise en scène en majeure partie convaincante, Saw n'ayant pas perdu de sa violence.

 L'Héritage de Saw. 
Spirale : L'Héritage de Saw.  — Crédit(s) : Metropolitan FilmExport

Ce détail devrait d'ailleurs séduire les fidèles de la franchise horrifique, Spirale ne faisant pas de ce genre de séquence son but principal mais préférant alterner des scènes de tensions, de brutalité avec celles centrées sur l'enquête policière. Ce mélange permettra d'ailleurs de rendre hommage à la saga tout en proposant quelque chose d'inédit. Il est vrai que ce neuvième chapitre saura se rapprocher des premiers épisodes alors plus proches d'un cinéma indépendant que du film d'horreur gore gratuit. Néanmoins, l'introduction de nouveaux personnages et de nouvelles cibles, permettra de renouveler le genre. Dommage que certaines maladresses persistent...

CE QUE L'ON A MOINS AIME DANS SPIRALE : L'HERITAGE DE SAW

 L'Héritage de Saw. 
Spirale : L'Héritage de Saw.  — Crédit(s) : Metropolitan FilmExport

On veut notamment parler d'un manque de suspens lié au dénouement du long-métrage. En effet, difficile de ne pas deviner la direction que souhaite nous faire prendre le réalisateur. S'il faudra saluer l'effort de mise en scène au niveau de l'enquête, force est de constater que la fin apparaît prévisible. On sent une certaine intention de la part des équipes, qui n'est pas totalement aboutie, en témoigne d'ailleurs les dernières minutes aussi brouillon qu'abruptes, qui bien qu'elles aient provoqué un certain sentiment de frustration plaisant, sonnent finalement faux. Même chose pour le personnage de Chris Rock, l'humoriste américain sortant avec ce film de sa zone de confort pour proposer quelque chose de nouveau. Néanmoins, bien qu'il délivrera une prestation plus ou moins convaincante, celle-ci semblera parfois caricaturée. A vouloir jouer le flic taiseux et détruit, le comédien finira par délivrer une performance globale sans réelle perspective, à l'instar de la distribution d'ensemble. Dommage, on attendait un peu plus de ce nouveau chapitre ! Dans une autre actualité, découvrez notre critique de Old, le dernier thriller psychologique de M. Night Shyamalan, attendu ce mercredi 21 juillet dans les salles obscures.

Lire la Suite de l'Article