Culture Cinéma

Le documentaire d’Alexander Nanau, enquête de fond et drame shakespearien digne d’un polar, revient sur un fait divers survenu en 2015 à Bucarest.

Article réservé aux abonnés

Vlad Voiculescu, devenu ministre de la santé après la démission forcée de son prédécesseur au moment de la crise du club Colectiv, filmé par Alexander Nanau dans « L’Affaire collective ». Vlad Voiculescu, devenu ministre de la santé après la démission forcée de son prédécesseur au moment de la crise du club Colectiv, filmé par Alexander Nanau dans « L’Affaire collective ».

L’AVIS DU « MONDE » – À NE PAS MANQUER

Tout commence comme un polar, avec ses cadavres, son enquête, ses suspects, ses appels anonymes, ses indicateurs, ses intimidations et, partout, le gant de velours d’obscures malversations. A ceci près que ce n’est pas une fiction, mais un documentaire, et à son meilleur : quand la réalité prise en filature donne le vertige et se révèle, scène après scène, chaque fois plus incroyable.

L’Affaire collective, quatrième long-métrage du documentariste Alexander Nanau, retrace un fait divers viré au scandale d’Etat, survenu en 2015 à Bucarest, en Roumanie, dont les suites ont jeté une lumière crue sur la corruption qui gangrène les structures publiques du pays. Le 30 octobre, alors qu’un groupe de rock se produit sur la scène du Colectiv Club, un élément de pyrotechnie met le feu aux bâtis ; en quelques secondes se déclare un incendie prenant les quelque 400 personnes présentes au piège des lieux – une cave munie d’un seul escalier d’évacuation. De graves dysfonctionnements apparaissent dans la prise en charge des blessés. Une quarantaine de victimes succomberont, moins par leurs blessures que par une étrange recrudescence d’infections nosocomiales.

Morts suspectes

C’est moins au sinistre en lui-même qu’à ces morts suspectes que s’attache le film. Pour cela, il emboîte le pas du journaliste Catalin Tolontan, dont le travail d’investigation, palpitant, constitue la matière narrative du film. Première surprise : cet enquêteur opiniâtre œuvre au sein d’une gazette sportive (Gazeta Sporturilor), rare titre à bénéficier d’un tant soit peu d’indépendance – ce qui en dit long sur l’état de la presse écrite en Roumanie. Sa piste principale concerne le désinfectant utilisé dans la plupart des hôpitaux, dilué dans des proportions inouïes par un entrepreneur véreux et acheté rubis sur l’ongle par des établissements hospitaliers champions en fausses factures.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Alexander Nanau, documentariste : « Populisme, corruption et incompétence sont la mort de la démocratie »

Si le scandale éclabousse jusqu’au ministre de la santé, Patriciu Achimas-Cadariu, forcé de démissionner, la culpabilité semble plus diffuse, ruisselant à tous les niveaux du corps social. Dans un style direct, solidement attaché aux faits, le film n’en octroie pas moins à l’image un rôle important : non pas esthétique, l’ensemble allant jusqu’à assumer une certaine fadeur visuelle, que celui de révélateur et de preuve formelle. Dans un passage marquant, une lanceuse d’alerte confie à Tolontan et ses équipes des vidéos accablantes saisies à l’hôpital : des blessés sur lesquels la vermine prolifère. C’est l’image-clé du film : métaphore de la pourriture qui se répand dans tout le pays.

Il vous reste 38.49% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Y a-t-il d’autres limites ?

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.