L’ascension météorique de Timothée Chalamet, icône des millennials

Il y a 1 semaine 30

Réservé aux abonnés

Adulé grâce à des films indépendants, le comédien franco-américain de 25 ans joue pour la première fois dans une production à gros budget. Warner Bros

PORTRAIT - En quatre ans, le comédien franco-américain, à l’affiche de Dune, son premier blockbuster, s’est imposé comme la nouvelle coqueluche du cinéma grâce à des films indépendants exigeants.

De la Croisette, où il présentait The French Dispatch, à la Mostra, où il dévoilait Dune, son prénom scandé par des centaines de fans perçait les tympans. À l’heure où Tom Cruise, Brad Pitt approchent de leurs 60 bougies, où Johnny Depp n’est plus que l’ombre de lui-même, Timothée Chalamet démontre que l’épithète superstar a de l’avenir au XXIe siècle. En quatre ans, sans passer par le blockbuster, le comédien franco-américain de 25 ans s’est imposé comme la voix et le visage du Hollywood des millennials grâce à des films indépendants exigeants. Dune est sa première incursion dans une production à gros budget.

À lire aussi«Dune»: à la Mostra de Venise, le grand spectacle de Denis Villeneuve

Le monument de science-fiction de Herbert est un retour aux sources pour celui qu’on ne voyait que quelques minutes dans Interstellar. Apparu dans la saison 3 de Homeland, il crève l’écran fin 2017 avec Call Me by Your Name, le sensuel récit d’éveil au désir de Luca Guadagnino. Le New-Yorkais, né d’un père journaliste au Parisien et d’une mère danseuse, y incarne un adolescent s’éprenant

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Lire la Suite de l'Article